Une lettre pour Gerda

Ma tendre Gerda,

C’est depuis un lieu que tu nommes le Paradis que je t’écris. Si cette lettre te parvient, j’espère qu’elle contiendra suffisamment de prières pour que tu me pardonnes d’avoir failli à ma promesse.

C’est chaque seconde que je regrette de ne plus être avec toi, parmi les vivants. C’est chaque minute que je souffre de ne plus t’entendre rire. Et c’est chaque heure que j’agonise de n’avoir pu te sauver.

Je ne puis exprimer l’ampleur de ma rage, cette amertume qui chaque jour me met au supplice. Jamais je ne pourrais oublier ton espoir. Jamais une personne ne trouvera une place semblable à la tienne dans mon âme. La place d’une petite sœur adorée.

Sache que je me suis établi en ce lieu. C’est un pays que l’on nomme Aquene et qui n’est qu’un infime territoire dans ce grand nouveau monde qu’est l’Autre Côté. Ma douce compagne est une femme de caractère qui s’en vient du Danemark. Une femme honorable et une honnête mère de famille que l’on a arrachée trop tôt à ses chers enfants.

Ma chère sœur, l’envie de te dire que je n’attends que ta venue afin d’être comblé ne connaît aucun mot suffisamment fort. Cependant, je me tais. Je t’aime bien trop pour souhaiter ta fin.

Je nourris la conviction que la mort ne suffira pas à nous séparer. Je te retrouverai ma tendre Gerda et, sur mon éternité, j’en fais le serment.

Bror.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s